Parlament
d'Arièja
Parlement
d'Ariège
Expressions d'Ariégeois

Étude, témoignage, analyse... les Ariégeois parlent aux Ariégeois 

Contributions personnelles, matière à réflexion qu'on peut commenter, discuter dans le forum.

Vous pouvez proposer vos textes ici ou par courriel à parlement.ariege@tutanota.com.

Pour une Langue Internationale Signée

08/07/2021

Pour une Langue Internationale Signée

La recherche d’une langue commune à toutes les cultures humaines est une préoccupation relativement récente et doit se comprendre dans le contexte moderne de la mondialisation des échanges.
Au cours de la période dite antique ce furent les langues des conquérants qui unifièrent des nations au sein d’un empire (Grec, Latin, Perse…) ; elles ne survécurent pas à la fin de ces empires et disparurent ou refluèrent dans leurs aires culturelles originelles.
En Europe, durant la période chrétienne (que nous répugnons à appeler «médiévale»…), chaque peuple conquérant imposa sa langue au détriment des langues vernaculaires dans des constructions nationales. Le français ne s’imposa que très tardivement et au prix d’un écrasement des cultures locales (bretonne, basque, occitane...). Aujourd’hui, l’anglais est, de fait, la langue véhiculaire mondiale – ou plutôt une version appauvrie de la langue de Shakespeare parfois nommée globish (pour «global english»). Non pas, comme le serinent les anglolâtres, que cette langue fût plus simple, plus facile, plus expressive qu’une autre mais tout simplement parce que c’est celle de la culture dominante, conquérante et impérialiste.

 

Les tentatives naïves de construire de toutes pièces des langues universelles (esperanto, interlingua, volapük ou récemment lingwa de planeta…) furent toutes des échecs pour des raisons évidentes qu’on ne détaillera pas ici.

Le problème principal réside dans le fait que les langues parlées entrent forcément en concurrence les unes avec les autres (pour la suprématie ou la survie). Or une solution simple existe : choisir un autre mode d’expression que l’oralité, à savoir le geste ; une langue des signes.

 

Le signe gestuel est spontanément adopté lorsque deux personnes ne partageant aucune moyen d’expression oral doivent se comprendre.
Dans certains milieux militants, les participants aux larges réunions internationales utilisent une petite batterie de signes leur permettant d’intervenir dans le discours d’un orateur sans l’interrompre ; les débats gagnent énormément en fluidité, en efficacité puisqu’on peut s’exprimer simultanément sur deux modes.

On pourrait imaginer une langue internationale signée dont le principal intérêt serait d’ajouter une modalité d’expression tout en gardant la possibilité d’expression orale. 

Une langue mondiale uniformise en remplaçant les langues vernaculaires ; une langue internationale unifie en préservant la diversité linguistique.


Jusque là, seuls les sourds et malentendants pratiquaient une langue signée nationale. En effet, de nombreux signes sont basés sur des particularités socio-culturelles (par exemple « facteur » en LSF qu’on signe en figurant une visière sur le front) ou même la langue écrite (par exemple les jours de la semaines qu’on signe à partir des initiales françaises L,M,E(mErcredi),J,V,S,D). Précisons qu’il ne s’agit pas de remplacer les langues signées nationales mais d’ajouter un mode d’expression unifié dans le registre gestuel.

 

Il serait d’ailleurs naturel et sain que ce travail d’unification fût confié aux sourds et malentendants dont l’expertise est évidente. Pour la première fois, l’infirmité deviendrait particularité socialement valorisée !

Dans un deuxième temps, il s’agirait d’enseigner systématiquement la LIS dès le primaire, ce qui offrirait encore un débouché professionnel aux sourds et malentendants.

Nous proposons donc aux associations de sourds et malentendants du monde entier d’organiser l’unification des langues signées, puis de l’offrir à tous. Nous demandons aux institutions de financer cette opération dont la plus-value sociale est évidente, et aux enseignants, aux élèves et aux parents d’élèves de soutenir cette initiative.


Disposition d’une langue internationale, préservation des langues vernaculaires, désenclavement culturel des sourds et malentendants, accroissement des possibilités d’expression… : cette solution résoudrait de nombreux problèmes sans en poser aucun (sauf à être manchot, aveugle et sourd...).

 

Pour prendre contact avec la culture sourde :

 

www.signesdesmains.org

www.sematos.eu/lsf.html

www.sortiraveclesmains.com

www.trefle.org

www.eflsignes.com

VBdG

 

 

Documents téléchargeables

 

Lettre ouverte

au maire de Daumazan

par Raoul de Daumazan

 

Changer

de paradigme

par Alain de Pamiers

 

Repères pour

un nouveau monde

par Alain de Pamiers

 

Lettre-ouverte-a-la-mairie
190 ko
lettre-ouverte-a-la-mairie.pdf
02-Changer-de-paradigme-V1
600 ko
02-Changer-de-paradigme-V1.pdf

6,5 Mo
Reperes-Nouveau-Monde-V06.pdf