Parlament
d'Arièja
Parlement
d'Ariège

Les armes d'Ariège... et de son Parlement

Le blason du Pays d'Ariège combine les armes du Comte de Foix et celles de l'ancien Évêché de Saint-Lizier.

 

 

 

Blasonnement : d'or à trois pals de gueules et à l’écusson d’azur chargé d’une cloche d’argent brochant sur le tout.

 

À chacun d'y trouver les symboles qui conviennent à notre temps. Pour ce qui est de la cloche, elle est pour nous le tocsin de la liberté.

 

L'écu est coiffé de la couronne comtale (à 16 perles dont neuf sont visibles) qui symbolise autant la souveraineté locale que le lien constitutif avec la France.

 

Il est tenu par ours et loup qui symbolisent l'âme ariégeoise : sauvage et indépendante. L'imaginaire montagnard est moins peuplé de licornes ou de griffons fabuleux que d'animaux féroces et bien réels.

 

La devise du Parlement est « Patz e Justicia » parce que la paix et la justice sont les fins supérieures de toute action politique vertueuse.

 

Le cri :  « Toca y se gausas » ! Ce fut celui des comtes de Foix qui convient encore admirablement pour braver l'agresseur mondialiste : "Touches-y si tu l'oses !".

Cliquer sur l'image pour agrandir. Pour enregistrer : clic droit sur l'agrandissement.

Diffusez les armes du Parlement  !

Pourquoi des blasons ? 

L'héraldique n'est pas un simple registre de conventions ou un jeu esthétisant mais l'application au champ social de la science traditionnelle des symboles. Dans les domaine psychique et social, les influences mises en circulation par les symboles agissent sur les plans subtils et modifient - plus qu'on ne croit - le milieu.

 

La remarquable persistance des blasons dans la communication des nations, des villes, des entreprises, des grandes familles, etc. prouve l'enracinement profond dans l'imaginaire européen.

Attesté à partir du XIIème siècle, l'emploi des blasons a très tôt débordé l'usage administratif et militaire qu'en faisait la noblesse ; les artisans, les corporations, les villes en ont fait un usage d'identification, de promotion.

 

Encore aujourd'hui, parfois dégradés en logos, les blasons représentent une collectivité dans des domaines très variés : sport (voir la multitude d'écussons), musique (le blason fantaisiste de Queen), automobile (le logo de BMW est une réduction du blason de la Bavière), villes (y compris d'affreuses et malséantes compositions d'office du tourisme !), ou bien encore mondes imaginaires de la littérature (du Seigneur des Anneaux à Game of Thrones en passant par Harry Potter...).

 

La modernité, dans sa furieuse et aveugle mission de réduction du monde à la quantité, use de chiffres pour identifier hommes et territoires. Numéro de carte d'identité, numéro de compte en banque, numéro de dossier, codes secrets, codes d'accès, codes postaux... Le règne de la quantité étend le cauchemar numérique jusqu'au fantasme d'un contrôle total sur tout ce qui vit par des 1 et des 0. La puissance technologique permet l'avènement de la religion transhumaniste comme proclamation luciférienne de la divinisation non pas de l'homme même mais de l'individu.


Aussi, identifier les communes par des formes et des couleurs plutôt que par le froid code à cinq chiffres, c'est remettre de la qualité face à la quantité, du beau face au laid, du sens face aux conventions bureaucratiques, de la diversité face à l'uniformité, du symbolique face au numérique. Du traditionnel face au moderne.

C'est toujours ça de gagné !

 

Vive les blasons donc !

Blasons de corporations artisanales

Cabaretiers de la Charité sur Loire, Maçons et tailleurs de Lude, Serruriers de Pamiers, Charrons de Rouen, Lingères de Paris, Boulangers de Paris, Jardiniers d'Abbeville, Bouchers de Troyes.

Équipesde foot etde rugby

Joli mais

pas vrai

Fautif et

fort laid

Dans BMW

il y a Bavière

Freddy et Harry

font de l'héraldique

Non, il faut le reconnaître :

Ils ont de la gueule les blasons de l'ennemi...

Le rêve transhumaniste est notre cauchemar

Opération "Communes en armes"

Si votre commune est dépourvue de blason : proposez-en un !

Composez-le sur des bases historiques, culturelles... dans les règles de l'art. L'Institut Ariégeois d'Héraldique pourra vous aider dans la conception et la réalisation de votre blason. Nous afficherons les nouvelles compositions ici, ajouterons les blasons dans les marges du site et informerons les communes concernées de leur bonne fortune !

 

 

Gabre

De gueules à la croix d'argent, un cerf passant de sable brochant et au chef d'azur semé de lis d'or.

Le blason est composé à partir des armes de l'Ordre des Hospitaliers puisque Gabre en fut une commanderie. Le semis de lis rappelle que la commune, à partir de 1281, fut placée sous la suzeraineté du roi de France. Le cerf évoque la forêt gabraise où résonne le brame en automne.